Brest

Quimper

Morlaix

Saint-Brieuc

Vannes

Rennes

Le développement durable et la responsabilité sociétale à l’UBO

Mise à jour le   01/07/2022
Tour energie DDRS
Parce qu’elle forme les citoyens de demain, l’université a un rôle particulier à jouer en matière de développement durable et de responsabilité sociétale. L’UBO est engagée depuis de nombreuses années dans une démarche volontariste et transversale dont l’enjeu est la construction d’une société responsable et solidaire.

Un engagement de longue date

SUR LE VOLET ENVIRONNEMENTAL

L’université agit au quotidien, avec l’aide de tous ses acteurs, pour adopter un fonctionnement durable et raisonné, favoriser de nouveaux usages plus respectueux de l’environnement, et ainsi réduire son empreinte écologique.
 

L’université encourage ses personnels et étudiants à utiliser des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle en :

  • sensibilisant les personnels et étudiants à la pratique du covoiturage ou du vélo : défi « Au boulot à vélo », atelier de réparation vélos, création de places de stationnement réservées au covoiturage sur le parking de l’IUT de Brest…
  • développant, sur ses nombreux sites, les parkings à vélos. Les objectifs d’ici à 2023 : + 150 stationnements. 3 aires de stationnement éco‐responsables, conjuguant abris à vélos, covoiturage et bornes de recharge pour véhicules électriques, devraient également voir le jour sur des sites du campus Bouguen.
  • prenant en charge la moitié du coût du titre de transport en commun de ses personnels.
  • allouant, sur demande, un forfait mobilité durable aux personnels qui font le choix d’un mode de transport alternatif et durable (vélo, covoiturage).
  • en mettant à disposition, pour les déplacements professionnels de ses personnels, un parc de véhicules doté de vélos, de 3 véhicules hybrides et 3 électriques.
En 2021

Les campus brestois bénéficient de 175 attaches vélos, dont 54 couverts

185 personnels ont bénéficié d'une participation à leur titre de transports et 61 du forfait mobilité durable

Depuis 2012, l’UBO n’utilise plus de produits phytosanitaires pour l'entretien de ses espaces verts. Une exigence qui s’applique également aux prestataires qui interviennent dans le cadre de marchés publics. Les équipes des espaces verts privilégient des méthodes alternatives et naturelles : désherbage au vinaigre blanc, etc.
Une démarche vertueuse qui vise à préserver la biodiversité, mais aussi à protéger la santé de tous : jardiniers, usagers, riverains…

L’UBO est gestionnaire d’un parc de 280 000 m², de 84 bâtiments. De l’empreinte environnementale à l’aspect économique, en passant par le confort des usagers, les enjeux autour de ce patrimoine bâti sont nombreux.

  • Depuis plusieurs années,  l’UBO a adopté une gestion technique centralisée qui permet de superviser les installations techniques des différents sites : chauffage, électricité et eau. Pour aller plus loin dans cette démarche, des compteurs seront progressivement installés sur chaque site du campus. L’objectif : suivre en temps réel la consommation énergétique par bâtiment.
  • L’université utilise le chauffage urbain issu de la valorisation des déchets de l’agglomération brestoise.
  • La rénovation énergétique du parc immobilier est un levier incontournable pour réduire son empreinte énergétique et améliorer les conditions d’accueil des personnels et étudiants. D’importants chantiers de rénovation sont programmés ou en cours. Ils concernent notamment les sites de la bibliothèque universitaire du Bouguen et du bâtiment G de la faculté des Sciences : isolation thermique extérieure, mise en place de détecteurs de présence pour l’éclairage LED, etc.
  • L’UBO est signataire du projet « Réseau de chaleur chaufferie biomasse », mené par Brest métropole, qui alimentera d’ici à 2023 le site du technopôle Brest Iroise (Plouzané). À la clé : une énergie majoritairement renouvelable et une réduction de l’émission de CO2.

Entre l'activité de la recherche, de la formation, de l’administratif et de la vie quotidienne, plus de 293 tonnes de déchets sont collectées par an à l’université. Un véritable enjeu pour lequel l’université a mis en place différents dispositifs :

  • Le papier et le carton sont collectés par apport volontaire dans les bennes et bacs roulants bleus disposés sur les sites et campus. Depuis 2021, un dispositif pilote de collecte assuré par le service général d’entretien a été mis en place pour le Bâtiment C de la faculté des Sciences. Actuellement en phase de test, il devrait ensuite être généralisé à d’autres sites.
  • Les déchets d’équipements électriques et électroniques sont collectés, puis valorisés par la société ÉCOTRI, qui a pour fondement l’emploi durable de personnes en situation de handicap, en parcours d’insertion professionnelle ou très éloignées de l’emploi.
  • Plusieurs collecteurs de piles usagées sont installés sur les sites et campus.
  • Les déchets dangereux (chimiques, biologiques et radioactifs) sont collectés par des prestataires spécialisés.

Pour aller plus loin dans cette démarche, une nouvelle organisation de la gestion des déchets est en cours d’élaboration. L’objectif, à terme : davantage de stations de tri et de collecte et la systématisation de la valorisation des déchets.

Consciente que les achats publics sont un puissant levier d’action, l’UBO tend à systématiser l’intégration de clauses environnementales et/ou sociales dans ses marchés publics. C’est le cas de nombreux marchés de fournitures (fournitures de bureau, papiers, cartouches et toners, produits d’entretien, matériel de réseau…), mais également de marchés de services ou de travaux.
Certains achats, inférieurs aux seuils de publication des marchés publics, sont également réalisés auprès d'ESAT (Établissement et Service d’Aide par le Travail). Ces organismes accueillent des personnes en situation de handicap qui ne peuvent travailler dans une entreprise, ordinaire ou adaptée, ou exercer une activité professionnelle indépendante.

Adopté en 2019, le schéma directeur du numérique intègre la notion de numérique responsable.
Toute l’année, le Département des usages du numérique sensibilise étudiants et personnels aux bonnes pratiques informatiques, y compris aux gestes simples qui peuvent nous permettre de réduire notre empreinte numérique : nettoyage régulier de la messagerie, du bon usage de sa signature courriel...

L’UBO signataire de la charte Tomorrow

Atténuer le changement climatique et atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050. Tel est le défi majeur à relever pour l'ensemble des acteurs du territoire : publics, privés, associatifs, scientifiques, citoyens...
Aussi, l’UBO a choisi de se mobiliser aux côté de Brest métropole, au travers du projet européen TOMORROW.

Image Projet TOMORROW

SUR LE VOLET RESPONSABILITÉ SOCIÉTALE

L’UBO œuvre pour améliorer le bien-être (conditions de travail et d’études) de toutes et tous.
 

L’accueil et l’accompagnement des étudiants et des personnels en situation de handicap sont une priorité pour l’établissement depuis de nombreuses années.

  • Pour renforcer et outiller son action, l’UBO a adopté en 2017 un schéma directeur pluriannuel du Handicap.
  • Au sein de la direction des Ressources humaines, un bureau est chargé de l'accompagnement des agents en situation de handicap.
  • L'espace Handiversité, lieu d’accueil, d’écoute et d’informations propose un dispositif d’accompagnement spécifique à l’attention des étudiants.
  • En tant que membre du projet « Aspie-Friendly », l'UBO s’engage en faveur de l’inclusion et de l’accompagnement des Aspies (autistes Asperger) et plus largement de tous les étudiants à besoins particuliers au sein de ses différents établissements.

Soucieuse d’améliorer la qualité de vie et de travail de ses personnels, comme celle de ses étudiants, l’UBO a mis en place plusieurs dispositions permettant à chacun de bénéficier d’un environnement optimal. Parmi lesquels :

  • un plan d'actions élaboré par le groupe de travail « qualité de vie au travail » (QVT),
  • des dispositifs qui contribuent à une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale : le télétravail, l’adoption d’une charte de parentalité, l’encadrement de l’usage des mails et de l’organisation de réunions (plages horaires)...

Depuis 2012, il existe au sein de l’université une mission pour l’égalité femmes-hommes. Elle veille à la mise en application de la Charte pour l’égalité femmes-hommes dans l’Enseignement Supérieur signée en janvier 2013 par les Présidents de la Conférence des Présidents d’Université (CPU devenue France Université), les Présidents des Conférences des grandes écoles et d’écoles d’ingénieurs, et par les Ministres des Droits de la Femme, de la Culture et de la Communication et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. La mission œuvre notamment en faveur de :

  • la parité dans les instances représentatives,
  • l'égalité des carrières,
  • la parité au sein des formations…

Conformément à l’accord du 30 novembre 2018, relatif à l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la Fonction Publique, l’UBO a élaboré un plan d’action qui vise à réduire les inégalités de situation entre les femmes et les hommes au sein de l’université. Il établit notamment un point de situation au premier trimestre 2021, sur la base des analyses et actions déjà réalisées.

L’UBO adopte un schéma directeur

Nouvelle étape de la démarche : l’adoption, en 2018, d’un schéma directeur du développement durable et de la responsabilité sociétale (DDRS). Issu d’une démarche de co-construction associant personnels et étudiants volontaires, ce plan stratégique pluriannuel affirme l’ambition de l’UBO d’intégrer sa politique DDRS à son fonctionnement global afin qu’elle devienne un réflexe dans les actions et décisions quotidiennes de tous les acteurs universitaires : étudiants, personnels, partenaires.
Il structure l’action au regard de 5 enjeux : Gouvernance et ancrage territorial, Enseignement et formation, Recherche et innovation, Gestion environnementale et Politique sociale.
Si la crise sanitaire a compromis le calendrier de certaines actions, de nombreux projets ont déjà vu le jour. D’autres actions sont amorcées ou planifiées à plus longue échéance.

Parmi les réalisations notables :

  • Le LEMAR et le CREAD, deux des laboratoires de recherche de l’UBO, sont engagés dans l’expérimentation « Labos 1point5 ». Ce collectif interdisciplinaire de membres du monde académique s’est fixé pour objectif de mieux comprendre et de réduire l’impact des activités de recherche scientifique sur l'environnement, en particulier sur le climat. (Axe Recherche et innovation)
  • De nombreuses actions de promotion de la culture scientifique, technique et industrielle (CSTI) afin de développer les interactions sciences/société : exposition virtuelle InVivo pour découvrir les coulisses de la recherche à l’UBO, la fête de la science... (Axe Recherche et innovation)
  • Fin 2021, l’UBO a instauré l’utilisation du papier recyclé et vise un seuil de 80% minimum. (Axe gestion environnementale)

L'UBO, en vert c'est mieux !

Si cette politique volontariste s’appuie sur un socle d’actions initiées par l’établissement, elle repose également sur les initiatives individuelles ou collectives, menées par les personnels, étudiants, services, composantes, associations… Suivez les actions développement durable et responsabilité sociétale menées à l'UBO grâce au blog L’UBO, en vert c’est mieux !

 

Image Lolo UBO responsable

L'enseignement et la recherche liés au DDRS

Consciente du rôle qu’elle a à jouer, l’UBO s’engage avec tout le potentiel scientifique que sa richesse disciplinaire rend possible :

LES PROJETS DE RECHERCHE

  • COOL FOOD Pro
    Projet européen visant à accompagner le secteur de la restauration privée et publique vers des changements durables de leurs pratiques en Angleterre et en France. L’Université de Bretagne Occidentale (UBO) est le porteur de projet principal. Elle pilote le volet administratif et financier du projet ainsi que la partie Recherche, via la participation du LEGO.
  • PPP : Preventing Plastic Pollution (LEMAR)
    Projet européen pour lutter contre la pollution plastique.

Les chaires universitaires

Ces chaires ont été retenues pour entrer en préfiguration dans le cadre d’un appel à projets de la Fondation UBO.

SCIENCES PARTICIPATIVES

  • CoastAppli
    Application développée par ISblue et des chercheurs du LETG pour sensibiliser et mobiliser le grand public à la problématique de l'érosion côtière.
  • SensOcéan
    Quand scientifiques et navigateurs collaborent pour l’étude des courants marins et du climat. Ce projet réunit plusieurs partenaires : le laboratoire de droit et économie de la mer AMURE, le laboratoire d’océanographie physique et spatiale LOPS, l’UBO Open Factory et l’association Astrolabe Expeditions.

ET AUSSI...

LE DISPOSITIF « Campus innovant et durable »

En mars 2021, l’UBO Open Factory et la Fondation UBO, en partenariat avec la Pepse et la FédéB, ont initié un dispositif pour accompagner les projets portés par les étudiants et/ou personnels et ainsi faciliter leur déploiement sur le campus.
Parmi les initiatives 2021-2022 : un verger solidaire sur le site du Pôle universitaire Pierre-Jakès Hélias (Quimper), un projet de transformation des plastiques non-souillés issus des laboratoires de l'université à l’IUEM...

SEA-EU : former la jeune génération européenne, future actrice des mutations sociétales

L’UBO forme avec 8 autres universités européennes, l’alliance SEA-EU. Parmi les objectifs prioritaires de l’alliance : répondre aux enjeux de développement durable en formant la jeune génération européenne qui sera l’actrice des mutations sociétales attendues.

 

MODERNISATION ET RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE DU PATRIMOINE BÂTI

L’engagement de l’université pour la protection de l'environnement et des ressources se traduit aussi par la modernisation et la rénovation énergétique de son patrimoine bâti. Ces investissements immobiliers permettront, non seulement, de rationaliser les coûts de fonctionnement des bâtiments, mais aussi d’améliorer les conditions d’accueil des usagers et des personnels. Fil conducteur de ces opérations : les objectifs ultimes du décret tertiaire, à savoir -60% de consommation énergétique en 2050.