Un premier tour de financement bouclé pour KALSIOM...

Le
LBAI
logo_kalsiom

Créée en avril 2020, la jeune pousse KALSIOM, société de biotechnologie française, vise le développement de nouveaux anticorps immuno-modulateurs « First in Class » ciblant la régulation de la signalisation calcique pour le traitement de certaines maladies auto-immunes.

 

Une technologie innovante issue de 15 années de recherche publique

 

KALSIOM découle des recherches menées depuis 15 ans par Olivier MIGNEN, co-fondateur scientifique de la start-up, au sein de l’Université́ de Bretagne Occidentale (Unité INSERM U1078 puis principalement l’unité INSERM U1227 LBAI : Lymphocyte B et auto-immunité) en étroite collaboration avec le Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Les travaux de recherche ont permis dès 2014 des premiers dépôts de brevet, puis de 2016 à 2019 la réalisation de deux programmes de maturation significatifs financés par la SATT Ouest Valorisation.

 

Grâce à un travail d’accompagnement de plusieurs mois de GO CAPITAL et de la SATT Ouest Valorisation, le projet s’est transformé en société autour d’une équipe expérimentée et spécialiste du domaine des anticorps immuno-modulateurs. Hervé Brailly - Président de Kalsiom, s’est rapproché d’Olivier MIGNEN – qui apporte son concours scientifique - pour cofonder KALSIOM. Ils y associent également Mathieu Bléry – CSO.

 

Une levée de fonds de 2 millions d’euros pour les premières étapes de développement de la société

 

GO CAPITAL et Advent France Biotechnology, deux fonds d’investissement français de premier plan en amorçage et en santé, s’allient pour financer les premières étapes de développement de KALSIOM avec une première levée de fonds de 2 M€, auprès de la SATT Ouest Valorisation qui valorise ses travaux en entrant également au capital de la société.
Le projet bénéficie également de l’accompagnement de l’incubateur régional Emergys Bretagne au sein de la Technopole Brest Iroise.

 

Hervé BRAILLY, Président de KALSIOM, fondateur notamment de Innate Pharma et Systol-Dynamics à Marseille, a ajouté : " Je suis ravi de porter avec Olivier Mignen et Mathieu Bléry un nouveau projet bio-pharmaceutique dans le domaine des maladies auto-immunes, où les besoins médicaux non satisfaits sont considérables. Kalsiom peut contribuer au développement de la biotech en Bretagne, ce qui constitue pour moi une motivation supplémentaire. »

 

« Aussi bien pour GO CAPITAL et Advent France Biotechnology, avec nos fonds d’amorçage, nous aimons identifier, accompagner et structurer des projets très en amont. Kalsiom nous a de suite convaincus par son approche innovante qui pourrait permettre le développement de nouveaux candidats médicaments prometteurs » commentent Leïla NICOLAS, Directrice d’investissement chez GO CAPITAL, et Matthieu COUTET, Managing Partner chez Advent France Biotechnology.

 

Vincent LAMANDE, Président de la SATT Ouest Valorisation, précise : « Ce type d’opération confirme notre soutien indéfectible et notre adaptabilité pour soutenir l’excellence de la recherche publique de notre territoire. L’engagement sur le long terme et l’investissement massif de la SATT au sein d’un écosystème régional de l’innovation deeptech portent leurs fruits. Notre accompagnement se poursuit par notre présence au capital de KALSIOM. »

 

 

Précédemment, le Projet STIM-CLL «Immunothérapie contre la leucémie lymphoïde chronique», porté par Olivier Mignen avait obtenu le prix du projet le plus prometteur dans la catégorie « Chercheur » par le Board MATWIN lors des rencontres MEET2WIN de Bordeaux (11-12 mai 2017).
La leucémie lymphoïde chronique (LLC) est la première cause de leucémie dans les pays occidentaux. Les chimiothérapies associées à des anticorps monoclonaux (Acm) anti-CD20 comme le rituximab (RTX) sont utilisées et montrent des résultats intéressants en terme de survie. Toutefois, chez ces patients aucune rémission n’est observée avec souvent des effets secondaires et plus de 50% des patients vont rechuter dans les 5 ans.
Malgré de nouveaux traitements prometteurs, aucune thérapie, à ce jour, n’offre une rémission totale. Il est donc nécessaire de découvrir de nouvelles alternatives thérapeutiques présentant moins de toxicité et de résistance. L’équipe d’Olivier MIGNEN propose d’utiliser comme outil thérapeutique dans la LLC, un anticorps monoclonal dirigé contre la protéine STIM1 (Stromal Interacting Molecule 1), anormalement exprimée à la membrane des lymphocytes B de LLC et impliquée dans les perturbations de la signalisation calcique et associée à l’agressivité de la maladie.
En interaction avec le Cancéropôle Grand-Ouest, la SATT Ouest Valorisation a rapidement soutenu le projet en protégeant l’invention avec deux demandes de brevet (pour le compte de l’UBO, du CHRU Brest et de l’INSERM), et élaboré deux programmes de maturation successifs en retour des recommandations des experts de MATWIN. Les résultats ont confirmé la pertinence de la cible notamment dans la LLC.