Art contemporain / Les Abords

Mise à jour le   29/11/2022
vue extérieur des Abords

Vue de l'installation "Puis déguerpir" - Katrin Gattinger

Les Abords - espace d'exposition

La salle des Abords accueille quatre expositions par an, qui représentent des approches variées des arts plastiques et visuels. L'innovation en 2017 est la mise en œuvre d'une commission mixte de programmation comprenant des membres de l'UBO mais aussi des représentants du Centre d'Art Contemporain Passerelle, de l'EESAB, de Documents d'Artistes Bretagne, du Musée des Beaux-Arts de Brest, de la Ville de Brest, de manière à inscrire la salle des Abords dans le tissu des lieux de l'art contemporain en Finistère.

 

Depuis mars 2020, Les Abords est dans le réseau a.c.b (art contemporain en Bretagne).

 

 

// Informations pratiques //

 

Espace d'exposition Les Abords
situé en bordure de la faculté Victor Segalen
20 rue Duquesne - Brest

Horaires habituels d'ouverture : du lundi au jeudi de 12:30 à 14:00 et de 16:00 à 18:30, et le vendredi de 12:30 à 14:00

 

 

 

Les expositions 2022-2023

avec Lucile Viaud, artiste-chercheuse en résidence « Arts et Sciences » à l’UBO

 

À l’occasion de l’année de la biologie du CNRS et de l’année du Verre, et grâce au soutien de la région Bretagne accompagné par a.c.b et le Service Culturel de l’UBO, Lucile Viaud entame un travail autour de la coquille de palourde en rade de Brest avec l’Institut Universitaire Européen de la Mer (IUEM), dans le cadre du projet ClimClam. Elle est en résidence « Arts et Sciences » à l’UBO. Sa démarche en géoverrerie – archive du territoire par le verre – servira de démonstrateur et d’outil d’étude. La coquille, véritable mémoire de l’environnement, est un élément central dans la démarche de Lucile Viaud, tant pour sa valeur chimique que symbolique. Dans le même temps, l’artiste poursuivra une autre résidence à l’EESAB (initiée en 2019).


Ces deux résidences de Lucile Viaud donneront lieu à une exposition commune aux Abords en septembre 2022.

du 19.09 au 20.10

Finissage : jeudi 20 octobre à 17h

avec les artistes du Taller de Gráfica de La Habana

 

Fondé en 1962, le Taller Experimental de Gráfica de La Havane voit le jour grâce à la récupération des pierres et des presses à imprimer de l'ancienne Compañía Litográfica de La Habana, entreprise consacrée à la reproduction et diffusion des bagues et vitoles des cigares depuis 1902. Dès son ouverture, l'atelier développe uniquement des projets artistiques, tout en respectant les techniques de la lithographie. Des créatrices et créateurs issus des écoles de beaux-arts ont progressivement rejoint  la nouvelle institution. Le langage plastique de la gravure sera mis au service de nouvelles méthodes et de procédés créatifs audacieux.


Les peintres Orlando Suárez  et José Venturelli furent les instigateurs de la création de  cet atelier, communément connu sous le nom de Taller de la Plaza, enrichi au moment de sa fondation par la présence de dix artistes et deux prestigieux maîtres lithographes : Amable Mouriño et Israel de la Hoya.


Dans un premier temps, sous l'égide de l'artiste José Contino, le Taller se consacrait à la conservation des traditions lithographiques comme un moyen privilégié d'expression artistique. Tous les efforts convergeaient vers la maîtrise de la technique. Peu à peu, la curiosité des artistes contribuera à la production d'œuvres originales et au développement de nouveaux procédés graphiques, sans négliger les aspirations initiales du lieu, populairement connu sous le nom de Taller de la Plaza. Plusieurs générations d'artistes formés dans cette école ont développé leur activité au Mexique, en Espagne, au Canada, aux Etats-Unis, en Argentine ou en France. Cette exposition montre une trentaine de travaux représentatifs

 

Dans le cadre du colloque international Arts et migrations dans les Amériques, le dispositif Fac amie des arts de la Faculté des Lettres, langues et Sciences Humaines Victor Segalen et le Service Culturel de l'UBO commémorent le 60 ème anniversaire de la fondation du Taller Experimental de Gráfica de La Habana.

Organisée par Yamilis Brito  et Pablo Quert, l'exposition sera visible aux Abords.

 

du 24.11 au 09.12

Vernissage : le jeudi 24 novembre dès

avec Maxence Chevreau, Margaux Janisset, Iwan Warnet et Kelly Weiss

 

// L'EXPOSITION //

L'exposition ciel bave nacre est née de la rencontre et des porosités entre les travaux des artistes Kelly Weiss, Iwan Warnet et Margaux Janisset. Tou·te·s trois travaillent la peinture avec une attention portée à la fabrication du geste, à un certain retrait de la main qui crée. Les toiles et les œuvres in situ dialoguent avec les caractéristiques du lieu d’exposition et proposent au regardeur une expérience sensible des qualités de surfaces, dans un espace où les variations de lumière agissent sur leurs perceptions.

Aux côtés de ce trio, l’artiste Maxence Chevreau propose de discrètes sculptures conçues comme des assises. Leurs placements dans l’espace matérialisent des points de vue depuis lesquels les visiteurs peuvent passer un moment en présence des peintures.

 

// LES ARTISTES //

Maxence Chevreau, né en 1995, vit et travaille à Rennes. Son travail de sculpture résulte d'expériences empiriques menées à l’atelier. Des matériaux simples, des objets trouvés, des formes abstraites, se côtoient pour proposer une expérience physique de la matière et de l’espace.

Margaux Janisset est née en 1996, elle est diplômée en 2020 de l’École des Beaux-Arts de Paris-Cergy, elle vit et travaille à Rennes. Son travail pictural se construit autour de la couleur et du geste. Dans chaque situation, elle collabore avec les éléments qui l’entourent : la lumière d’un lieu, le vent, l’eau et la manière dont ces éléments peuvent altérer une peinture.

Iwan Warnet est né en 1996, il vit et travaille à Brest, après des études à la Haute École des Arts du Rhin de Strasbourg. Ses peintures explorent les lignes de partage et de coexistence entre abstraction et figuration. Il aime, pour les décrire, employer des mots de l’artiste Robert Rauschenberg : « ce qui m’intéresse c’est de créer une grande complexité sans montrer grand chose », c’est le fait qu’il y ait « beaucoup à voir, mais pas grand chose d’ostentatoire ».

Kelly Weiss est née en 1996 à Belfort, vit et travaille entre Strasbourg et Dijon. Son intérêt pour l’objet tableau s’est développé en regard de pratiques d’artistes de la seconde moitié du XXème siècle, qui interrogent les conditions de fabrication et d’apparition de ce médium. La plupart de ses projets picturaux ont vocation à s’inscrire in situ, c’est dans un dialogue avec le lieu qu’ils déploient tout leur sens.


du 12.01 au 03.02

vernissage : 12 janvier à partir de 18h

avec Anaïs Falgoux et Simon Lagouche Gueguen.

du 02 au 31.03

Devenir bénévole

 

Surveiller les expos, ouvrir et fermer la salle, accueillir le public ou faire de l'affichage

écrivez-nous à lesabords29@gmail.com